Points Programme Local

Page
16999026_395035480862158_8968874625934595355_n

 

Point Programme Local n°1 :

Je serai un député de proximité et défendant les préoccupations des français de l’étranger de ma circonscription, entre autre, sur le sujet de la « Justice Fiscale » :– est-il normal que la CSG et de la CRDS soient appliqué sur de nombreux revenus français des français de l’étranger, alors que ceux-ci ne bénéficient pas de prestations sociales ou familiales. Ces revenus sont apparus en 2012 pour des raisons dogmatique  et couvrent tous les ans un peu plus de nature de revenus. Il est temps que l’on arrête de voir le français de l’étranger que comme un exilé fiscal qu’il faut assommer à tout prix ?– est il normal que la loi Allure oblige les Français de l’étranger à obtenir une autorisation du maire pour louer leur bien immobilier français sur le marché du court terme ?

– est il normal qu’il soit étudié en ce moment, le projet de l’impôt sur la nationalité, qui viendrait se substituer à l’impôt actuel qui se base sur le lieu de résidence ?

A l’inverse, et je me battrai aussi pour :

– ne serait il pas normal qu’en accord avec le jugement de la Cours de Justice de l’Union Européenne, les sommes induments collectées soient remboursées.

– ne serait il pas normal, que tous les français résidants hors de France soient égaux devant la loi européenne concernant ces remboursements car aujourd’hui les français de l’étranger résidant dans l’Union Européenne, ne sont plus éligible à ces impôts et ont même été remboursés des sommes payées à tort.

 

Point Programme Local n°2 :

Je serai un député de proximité et défendant, avec bon sens, les préoccupations des français de l’étranger de ma circonscription, entre autre, sur le sujet de la « Justice Sociale » :

– est-ce normal que l’AME (l’Aide Médicale d’Etat) soit refusée aux ressortissants français nouvellement installés en France, alors qu’elle est ouverte aux étrangers et aux double-nationaux, à condition que ces derniers occultent leur nationalité française ?

– est-ce normal que des prestations sociales soient versées à des résidents étrangers installés hors de France, alors que les Français résidant à l’étranger, parfois dans les mêmes pays, en soient écartés ?

– est-ce normal que les ayant-droits français des régimes étrangers de retraite, auxquels nos compatriotes étaient obligatoirement affiliés en application de conventions passées avec la France, ne reçoivent pas les pensions pour lesquelles ils ont cotisés ?

A l’inverse, et je me battrai aussi pour :

– ne serait il pas normal que les ressortissants français de retour en France, puissent bénéficier ipso facto des mêmes droits que les autres citoyens français ?

– ne serait il pas normal d’imaginer dans chaque département un guichet « unique » et compétent, qui traite de toutes ces problématiques d’un français de l’étranger qui rentre en France ?

Pour cela il faut tout d’abord lutter contre l’idée reçu de l’expatrié français, qui l’est forcément pour des raisons fiscales.

 

Point Programme Local n°3 :

Je serai un député de proximité et défendant, avec bon sens, les préoccupations des français de l’étranger de ma circonscription, entre autre, sur le sujet de la « Justice en matière d’Enseignement » :

– est-ce normal, alors que le nombre d »élèves dans les établissements français de l’étranger a progressé de 55 000 élèves en 6 ans, que les budget publics n’aient pas augmenté ?

– est-ce normal, alors qu’il y a plus de 10 000 élèves tous les ans qui ne trouvent pas de place dans ces établissement français de l’étranger, étant donc obligé d’aller, entre autre, vers le système international, que le Bac International (IB), ne soit pas reconnu par l’enseignement supérieur français ?

– est-ce normal que beaucoup d’établissements français de l’étranger ne soient pas capables de fournir aux élèves leur INE (Identifiant National de l’Elève), alors que celui-ci est indispensable à toute procédure d’inscription post-bac en France ?

– est-ce normal, alors que la part de participation privée (les parents) est passée en peu d’année de 40 à 60% dans le budget des établissements français de l’étranger, que le budget des bourses n’ait pas évolué sur la même période ?

A l’inverse, et je me battrai aussi pour :

– ne serait il pas normal, d’augmenter l’intégration d’enseignants « résidents » afin de faire baisser les coûts de fonctionnement des établissements français de l’étranger. Bien évidement sous conditions de maintient de la qualité de l’enseignement, qu’une politique de formation pourrait d’ailleurs garantir ?

– ne serait il pas normal de développer des accords bilatéraux dans les zones où il n’y a pas ou pas assez d’établissement français pour proposer des filières francophones dans des établissements locaux à l’étranger.

– ne serait il pas normal, alors que la gratuité de l’enseignement dans les établissements français de l’étranger a été abolie en 2012, que les règles d’obtention des bourses soient assouplies ?

 

Point Programme Local n°4 :

Je serai un député de proximité et défendant les préoccupations des français de l’étranger de ma circonscription, entre autre, sur le sujet de la « Justice Administrative » :

– est il normal qu’en 2017, encore beaucoup de démarche administrative ne puissent pas être faite en ligne ?

– est-il normal que le délais d’obtention d’un rendez-vous aux services consulaires soit encore de plusieurs semaines ?

– est-il normal, toujours en 2017, que le vote électronique des français de l’étranger ait été annulé ces dernières semaines quand on sait la difficulté pour les français de certains pays de se déplacer jusqu’à un bureau de vote ?

A l’inverse, et je me battrai aussi pour :

– ne serait il pas normal, alors que le nombre de français de l’étranger augmente régulièrement, que les moyens de leur administration augmente aussi, soit budgétairement, soit technologiquement ?

– ne serait il pas normal que l’administration mette en place un système de mesure et de contrôle de la qualité de ses services ? Pourrait-être associé à cette démarche, les consuls honoraires, leurs personnels ainsi que les élus conseillers consulaires

– ne serait-il pas normal, à l’heure des souhaits de simplification, qu’une plateforme unique de l’administration, puisse renseigner les français qui souhaitent quitter la France comme ceux qui souhaitent y rentrer, sur tous les sujets importants : droits sociaux, fiscalité, enseignement, …

 

Point Programme Local n°5 :

Je serai un député de proximité et défendant les préoccupations des français de l’étranger de ma circonscription, entre autre, sur le sujet de la « Sécurité » :

Notre 10ème circonscription s’étend sur 49 pays d’Afrique, du Moyen Orient et de l’Océan Indien, c’est un territoire très vaste, mais surtout extrêmement divers. Du coup, la diversité des problématiques est certainement égale à cette diversité de pays, de cultures,  d’histoires, de géographies et de situations économiques.

La mission d’un député d’une telle circonscription est d’être à l’écoute de tous ces concitoyens, en comprenant bien que toutes les choses ne sont pas égales par ailleurs. Entre le Liban et son problème de présence plus qu’importante de migrants syriens ou palestiniens, Madagascar et son risque accru de kidnaping, le Cameroun et ses groupes terroristes, ou Maurice et son calme apparent, les choses sont bien différentes.

Un député résidant dans la circonscription est plus qu’un autre capable de comprendre cette diversité des problématiques.

Je m’engage à être ce député et au-delà de mon écoute, c’est mon énergie que j’utiliserai pour faire entendre nos voix auprès des relais de l’état les plus adaptés à chaque problématique.

 

Point Programme Local n°6 :

Je serai un député de proximité et défendant les préoccupations des français de l’étranger de ma circonscription, entre autre, sur le sujet de la « l’Image de la France”

Comme moi vous ne pouvez que constater le déclin de la France, impuissant et triste. Depuis près de 40 ans maintenant, les grands indicateurs n’ont cessé d’évoluer dans le mauvais sens, nous éloignant inéluctablement des 30 glorieuses, et reléguant la France à un rang qui n’est pas le sien.

Le politiciens professionnels, par manque de courage, manque de compétences, par lâcheté, sont les responsables de cette situation

Le mouvement 577 Les Indépendants de la Droite et du Centre, initié par Jean-Christophe Fromentin, a pour objectif de sortir la France des ornières dans lesquelles elle s’est mise depuis tant d’année, avec bon sens, proximité, et enthousiasme, mené par des acteurs de la société civile.

Le renouveau se fera dans un grand élan collectif, initié et porté par les acteurs de la vie réelle, autour de ceux qui qui ont le courage de mettre leur liberté, leurs compétences et  leur expérience au service de la France

“La politique est d’abord une affaire de confiance et un renouveau politique ne sera possible que s’il se construit à partir de ce qu’il reste de confiance de notre société. Car la confiance est le seul moteur qui donne à un projet son élan, son audace et sa puissance.

Or force est de constater que la confiance n’est plus l’affaire des élites, ni des instances nationales, ni des acteurs politiques traditionnels.

Les acteurs de proximité sont les vecteurs de confiance dont nous avons besoin. Ils sont entrepreneurs, élus locaux, responsables associatifs ou simples français engagés pour le bien commun.

Nous sommes fiers du bout de France auquel nous appartenons.

Ce sentiment d’appartenance est un formidable moteur d’initiative et de solidarité  pour faire vivre et rayonner le territoire où nous vivons

Bâtir un projet politique avec les acteurs de confiance depuis des territoires de projet constitue un socle de notre engagement”

 

Point Programme Local n°7 :

Je serai un député de proximité et défendant les préoccupations des français de l’étranger de ma circonscription, entre autre, sur le sujet des “Synergies” entre les français de l’étranger

En plus de tous ces sujets attendus pour un député de France (les Points Programme National) et un député des français de l’étranger (les Points Programme Local de 1 à 5 présentés précédemment), un autre sujet me tient particulièrement à coeur, celui de la connexion de nos institutions, associations et organisations économiques, culturelles et éducatives de notre circonscription (Missions économiques des ambassades, Instituts Français, AEFE, CCI, Conseillers du Commerce Extérieur, AFD, Business France, Campus France, French Tech, CJD, …, …, ).

En effet, notre circonscription recouvre 49 pays **, et tous les jours je peux constater à quel point ces maillons de France ne se connaissent pas. Ils sont tous connectés à Paris pour favoriser le “business” et les échanges entre les France et les pays concernées, mais aucune connexion transversale de pays à pays pour créer des synergies entre français de ces pays.

Je ferai de ce sujet une de mes priorités : que les français de ma circonscription se connaissent, échangent, collaborent, coopèrent, se développent, se connectent. Que ce soit au niveau économique, culturel, ou de l’éducation, il me paraît essentiel que les leaders de ces sujets puissent travailler ensemble et faire avancer les choses, pour le biens de tous.

Au niveau national, je présenterai ce projet à mes collègues députés de l’étranger pour que l’on fasse de même à très grande échelle, et que nous aussi, français de l’étranger, participions , au renouveau de l’image et au rayonnement de la France, qui nous est si cher ….

 

Guillaume de Bricourt

Me soutenir sur mon profil 577 : www.577.fr/candidat/guillaume-de-bricourt/

Mon blog : https://guillaumedebricourt.wordpress.com/

Ma page Facebook : www.facebook.com/guillaumedebricourt577/

Ma chaine Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCaWmiufrFdd9PULUD9SNLjw

logo

http://www.577.fr

Publicités